fbpx

 Pendant les années 1970 et 80, le Lycée Classique de Bafoussam (Ouest Cameroun) dans lequel j’ai été élève avait la réputation de « former » les premiers aux concours d’entrée dans toutes les grandes écoles du pays. Ceci était particulièrement vrai pour l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP), pour l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie (ENSA), le Centre Universitaire des Sciences de la Santé (CUSS), l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC), etc.

Grâce à leurs très bonnes notes au Baccalauréat et à l’Université, les anciens élèves de ce lycée étaient aussi très nombreux à obtenir des bourses pour aller poursuivre leurs études en France, au Canada, en Angleterre, en Allemagne, aux Etats Unis d’Amérique etc.

Plus de 30 ans après cette période, l’on est en droit de se demander pourquoi on ne retrouve pratiquement aucun de ces brillants élèves et étudiants de Bafoussam et d’autres villes du Cameroun parmi les grands hommes d’affaires du pays, ou parmi les grands industriels africains, ceux qui se battent pour sortir le continent de la misère, afin de le remettre debout.

Quelques-uns ont certes des salaires très élevés dans le contexte de l’Afrique, parfois jusqu’à 5 millions de FCFA par mois (ou plus), mais restent des pauvres, des esclaves de l’argent, des personnes qui travaillent très durement pour l’argent, en quête d’un pseudo sécurité, uniquement à travers un emploi. Pourquoi ?

La réponse à la question ainsi posée est relativement simple: beaucoup de nos champions à l’école ne sont pas proactifs et n’ont pas appris à échouer. Ils ont été conditionnés, formatés, sculptés par le système scolaire et par la religion du colonisateur, pour éviter les erreurs, celles qui pourtant permettent à moins de 2% de la population mondiale de réfléchir et de créer des entreprises prospères et pérennes. »

Extrait du livre « DE LA MISERE A L’ABONDANCE: Les Secrets Des Entrepreneurs Libres, Riches, Heureux et Fiers de L’Etre »

de Lucas KAMDEM dit Té Souop Soffo

FACOP ÉDITIONS 

La suite qui présente la solution dans notre prochain numéro.

N.B.: Les prochaines sessions de formation de FACOP A1 en 2020 sont prévues en Allemagne, aux Emirats Arabes Unis, au Cameroun, en France et au Gabon.
Contact: https://wa.me/237675306676;
• Abonnez-vous à la page FACOP pour ne rien rater.
Vous pouvez aussi obtenir un séminaire de formation sans limitation géographique.
Tél : +237 675-306-676 / 657-895-798 / +237 677-707-001 / +237 694-269-296
#Facop
#Facocom
#CreationEntreprises
#Coaching
#FormationEnEntrepreneuriat
#IntelligenceFinanciere
#DevenirRiche
#InvestirAuPays
#EntrepreneursASucces
#Entrepreneurs
#SuccessStory
#GestionFinanciere